F.Alonso

f1lesachats.com Photo de la page F.Alonso

Fernando Alonso

 

Qui est Alonso ? L’histoire et les secrets de ce Pilote légendaire.

 

Alonso au début

Le 28e champion du monde des pilotes de Formule 1 était à l’époque le plus jeune de tous les temps. À tout juste 24 ans, Fernando Alonso a également mené l’équipe Renault au championnat des constructeurs 2005, mettant ainsi fin au règne de la combinaison Michael Schumacher-Ferrari qui avait dominé pendant si longtemps. Le jeune homme précoce et sympathique qui a écrit tant d’histoire en si peu de temps portait confortablement la couronne – une nouvelle étoile brillante, polie et parfaitement équilibrée. La confirmation de son talent est venue en 2006, lorsqu’il a défendu avec succès son titre face à une forte opposition de Schumacher, dont la retraite a laissé Alonso bien placé pour lui succéder en tant que superstar de la Formule 1…Melbourne, mars 2001 : Fernando Alonso avec son nouveau coéquipier de l’écurie Minardi, Tarso Marques, après ses débuts en Formule 1 en Australie.Hungaroring, août 2001 : Le meilleur résultat de Fernando Alonso pour sa première saison de Formule 1 était une dixième place en Allemagne. Ici, au Grand Prix de Hongrie, il a abandonné en raison de problèmes de freins.Jerez, décembre 1999 : Après avoir remporté l’Euro-Open Movistar cette année-là, Fernando Alonso a effectué un test précoce en Formule 1 avec Minardi, l’équipe qui lui a permis de faire ses débuts en Grand Prix.Spa, août 2000 : Fernando Alonso a terminé sa première (et dernière) saison de Formule 3000 en beauté en remportant la dernière manche sur le légendaire circuit belge de Spa-Francorchamps. 

Alonso: son histoire!

Fernando Alonso Diaz (son nom complet inclut le nom de jeune fille de sa mère, selon la coutume espagnole) est né le 29 juillet 1981 à Oviedo, une ville de la région des Asturies, dans le nord de l’Espagne, où sa mère travaillait dans un grand magasin et son père était employé dans l’industrie minière comme expert en explosifs. Les Alonso et leurs deux enfants vivaient confortablement, mais n’étaient en aucun cas une famille aisée. Luis Alonso, amateur de karting, souhaite partager sa passion avec ses enfants et leur construit un kart à pédales sous la forme d’une F1 miniature réaliste. À l’origine, il était destiné à Lorena, huit ans, mais elle s’en est vite lassée, alors son frère de trois ans a grimpé avec enthousiasme dans le minuscule cockpit et s’est immédiatement senti chez lui. Dès le début, le petit Fernando ne se contente pas de pédaler. Il voulait concourir et gagner. Peu après son septième anniversaire, il a participé à sa première véritable course de karting et l’a remportée. Avant ses dix ans, le nom de Fernando Alonso était gravé sur plusieurs trophées de championnat de karting. Cependant, pour continuer à progresser, il lui faut plus de fonds que les ressources limitées de sa famille ne peuvent fournir. Alors que ses parents soutiennent pleinement le passe-temps de plus en plus fructueux de leur fils – son père faisant office de mécanicien aux courses et sa mère veillant à ce qu’il obtienne également de bonnes notes à l’école – Fernando sait que la seule façon d’avancer est d’obtenir des pilotes sponsorisés en gagnant des courses – ce qu’il continue à faire. L’âge n’est pas un obstacle – il était invariablement le plus jeune pilote dans chaque catégorie, et le plus souvent, le meilleur. Au milieu de son adolescence, sa collection de titres de karting comprend un championnat du monde.

Championnat espagnol

 En 1999, il remporte facilement le championnat espagnol de voitures de course monoplaces, et son prix, un essai dans une voiture de Formule 1 Minardi, lui permet de piloter en 2000 dans une équipe de F3000 soutenue par Minardi et d’obtenir un contrat d’essai avec l’équipe de Formule 1 Minardi, dans laquelle il fait des débuts impressionnants la saison suivante. Son potentiel évident incite Renault (anciennement Benetton) à le signer comme pilote d’essai pour 2002, une expérience précieuse qui lui permettra de s’imposer immédiatement comme un pilote de pointe lorsqu’il rejoindra l’équipe du constructeur français en 2003. En Malaisie, sa deuxième course pour Renault, le jeune homme de 21 ans devient le plus jeune poleur de l’histoire. Partant à nouveau de la pole en Hongrie, moins d’un mois après son 22e anniversaire, il est devenu le plus jeune vainqueur de Grand Prix de l’histoire. 

Alonso chez Renault

 En 2004, la Renault R24, difficile à conduire, l’éloigne du cercle des vainqueurs et il termine quatrième du championnat. Après s’être parfaitement intégré à l’équipe, avoir perfectionné ses talents de pilote et affiné sa technique de course, Alonso est prêt à tirer pleinement parti de l’excellente R25 de Renault, dans laquelle il va vraiment atteindre sa maturité. Dès le début de la saison 2005, l’homme à battre est l’Espagnol. Les différences de matériel ont joué un rôle, la Ferrari de Michael Schumacher n’étant pas dans le coup pour la première fois en six ans et la Mercedes McLaren de Kimi Raikkonen s’avérant rapide mais fragile. Pendant ce temps, la Renault pilotée par Alonso traverse sereinement la plus longue saison de Formule 1 de tous les temps, marquant des points dans toutes les courses sauf deux, terminant 14 fois dans le top 3 et s’imposant à sept reprises. La performance presque sans faille d’Alonso (sa seule erreur de conduite est survenue au Canada où il a chuté alors qu’il menait) a été soulignée par une défaite symbolique de Schumacher à Imola, où il a brillamment repoussé les meilleurs efforts du septuple champion. Le successeur de Schumacher savait quand attaquer, comment défendre, comment contrôler une course – comment gagner le championnat dans une voiture qui n’était généralement pas aussi rapide que la McLaren de Raikkonen. Les deux pilotes ont obtenu six poles et sept victoires, et bien que le défi du coureur brut Raikkonen ait été miné par des malheurs mécaniques, la capacité d’adaptation d’Alonso l’a mieux servi. Son aptitude à s’ajuster rapidement aux changements de circonstances, sa compétence à préserver son matériel, sa capacité à répondre immédiatement aux instructions tactiques invariablement judicieuses données par l’équipe Renault, tout cela a contribué à son succès. 

Un homme normal

 « Je suis juste un type normal », insiste Alonso, dont l’ascension rapide vers la superstar l’a quelque peu embarrassé. Parlant doucement, bien qu’il s’exprime couramment en anglais, sa deuxième langue, il a évité les pièges habituels du succès, choisissant de vivre tranquillement à Oxford pour être proche de l’équipe Renault basée en Grande-Bretagne, totalement dévouée à son jeune prodige. « Mon record va être entre de bonnes mains », a déclaré Emerson Fittipaldi, qui a remporté le championnat 1972 à l’âge de 25 ans. Dans sa 25e année, Alonso s’accroche encore plus fermement à son titre, s’assurant un deuxième championnat consécutif pour lui et Renault après un duel épique avec un Michael Schumacher renaissant. Face à un adversaire redoutable, encore au sommet de sa forme, Alonso, très rapide, ne s’est jamais déconcentré dans l’intensité de la bataille – le scénario qui a le plus fait appel à son instinct de coureur. Férocement déterminé et agressif, il savoure les coups et les coups de poing, se délecte du frisson de la poursuite, tout en gardant un calme surnaturel et une maturité qui dément son jeune âge et qui lui servira à défendre son titre contre le plus grand représentant de ce sport. Alonso a commencé l’année 2006 avec une série de victoires et de podiums qui, à la mi-saison, lui ont donné une avance substantielle sur Schumacher, dont la Ferrari chancelante a ensuite été améliorée pour surmonter l’avantage initial de Renault en termes de performance. Ainsi responsabilisé, l’Allemand a réalisé une brillante remontée qui a rendu le titre de l’Espagnol encore plus mémorable. Le fait qu’ils aient été à égalité, avec sept victoires chacun, a confirmé le statut d’Alonso en tant que digne successeur de Schumacher, qui prend sa retraite.Sao Paolo, octobre 2006 : Les mécaniciens de Renault soulèvent Fernando Alonso.Sakhir, avril 2005 : Fernando Alonso dépasse son rival Kimi Raikkonen lors des essais du Grand Prix de Bahreïn.Imola, avril 2005 : Fernando Alonso est d’humeur détendue avant les qualifications du Grand Prix de Saint-Marin.Imola, avril 2005 : Fernando Alonso a résisté à la pression intense de Michael Schumacher dans les derniers tours pour gagner.Interlagos, septembre 2005 : La troisième place au Grand Prix du Brésil suffit à faire de Fernando Alonso le plus jeune champion du monde de l’histoire de la Formule 1. 

Alonso chez Mac Laren

 En quête d’un nouveau défi, Alonso quitte Renault à la fin de l’année pour rejoindre McLaren, où une relation houleuse avec l’équipe et Lewis Hamilton se termine par le retour de l’Espagnol chez Renault pour deux saisons supplémentaires, où un équipement inférieur limite ses résultats. En 2010, il a réalisé le rêve de tout pilote en étant engagé comme chef d’équipe chez Ferrari, où il a immédiatement renoué avec la victoire (il a remporté cinq courses) et terminé deuxième du championnat. En 2011, les fluctuations de Ferrari le limitent à une seule victoire et à la quatrième place du classement. Au cours d’une saison 2012 épique, il est passé à trois points de remporter le titre de pilote pour la troisième fois, un exploit qui est finalement revenu à son rival Sebastian Vettel. Mais Fernando Alonso s’est distingué au cours de ce qu’il a appelé « la meilleure saison de ma vie », en faisant constamment tourner sa Ferrari, loin d’être la plus rapide, pour ce qu’elle valait, et même plus. Son combat pour le championnat était le fruit d’un esprit combatif, d’une conduite intelligente et sans erreur qui n’a jamais faibli. Sa saison 2013 a été tout aussi impressionnante, puisqu’il s’est à nouveau classé deuxième au classement général au cours d’une année marquée par une domination encore plus grande de Vettel. Flattant une Ferrari qui n’a jamais été plus que la troisième meilleure voiture (ce qui correspond à la place de l’équipe), Alonso a gagné deux fois, a été deuxième cinq fois, a constamment collecté des points élevés et n’a échoué que dans deux courses. En 2014, les graves limitations de sa voiture ont laissé le fier Espagnol sans victoire pour la première fois en cinq ans au sein d’une équipe Ferrari de plus en plus en difficulté. Pourtant, sa réputation de meilleur des pilotes actuels est restée intacte, tout comme sa détermination à démontrer sa supériorité en remportant un nouveau championnat. Dans la poursuite de cet objectif, Alonso a choisi de faire fi de leur relation précédemment acrimonieuse et de rejoindre une équipe McLaren tout aussi ambitieuse, pour laquelle 2014 n’a été que la deuxième saison sans victoire depuis 1980. Pour 2015, McLaren a annoncé qu’elle « posait les bases d’une future domination » en renouvelant une alliance autrefois toute puissante avec le fournisseur de moteurs Honda et en nommant un nouveau chef d’équipe en la superstar Fernando Alonso. Sa 13e année en Formule 1 a été de loin la pire pour le double champion du monde, dont la McLaren-Honda de 2015 a été embarrassante et peu compétitive. Alonso a été classé 17e au classement des pilotes, tandis que son équipe a terminé neuvième sur les dix engagés. Peu fiable à l’extrême, désespérément lente lorsqu’elle roulait, les mauvaises performances constantes de sa voiture ont provoqué un Alonso de plus en plus frustré, dont les critiques publiques à l’égard de son employeur contrevenaient à l’adage selon lequel une équipe perd et gagne ensemble. La saison 2016 du chargeur espagnol (sa 14e dans le sport) a commencé par un accident massif en Australie, après quoi il a enduré une nouvelle année d’équipement inférieur de McLaren-Honda. Flattant de loin sa voiture, il a terminé 10e au classement général. Bien qu’il se soit parfois plaint publiquement, sa mentalité de guerrier n’a jamais faibli, et sa réputation n’en a pas souffert, car il a couru aussi fort que jamais pour une cause perdue. Les succès précédents du double champion des pilotes se sont éloignés en 2017, alors que son équipe McLaren-Honda en difficulté a terminé à une humiliante avant-dernière place au championnat des constructeurs. Alonso, son esprit de conquistador espagnol intact, a conduit aussi fort que jamais pour une maigre récompense. Il n’a réussi à marquer des points qu’en cinq courses, ce qui lui a valu une modeste 15e place au classement général des pilotes.De plus en plus exaspéré par les graves handicaps d’un moteur de F1 notoirement peu fiable et d’une lenteur embarrassante, il se distrait en séchant le Grand Prix de Monaco et en pilotant une IndyCar à moteur Honda lors des 500 miles d’Indianapolis. Là, il part en cinquième position puis mène pendant un certain temps avant d’abandonner en raison d’une panne de moteur. 

Traversée du désert:

  À la fin de la saison, McLaren a mis fin à son partenariat avec Honda en F1 et a annoncé le passage à la motorisation Renault pour 2018, une décision qui a contribué à convaincre Fernando Alonso de rester dans le sport qu’il a un jour dominé. En 2018, il a agressivement malmené le maximum d’un matériel encore peu performant pour se hisser à la 11e place du classement des pilotes. En partageant la voiture de sport gagnante du championnat du monde d’endurance aux 6 heures de Spa et aux 24 heures du Mans, il a confirmé que son talent était toujours là. Il a également fait des plans pour une nouvelle tentative de gagner les 500 miles d’Indianapolis en 2019. Mais être réduit à un outsider embarrassé en F1 ne plaisait plus au fier Espagnol de 37 ans. Il a décidé de quitter cette branche du sport où il avait concouru pendant près de la moitié de sa vie. Après 18 saisons et plus de 300 Grands Prix, le palmarès de Fernando Alonso s’élève à 32 victoires, 22 poles et 97 podiums. Il aurait pu être bien plus important s’il avait fait de meilleurs choix de carrière et évité les épisodes de conflits politiques, mais il a préféré que l’on se souvienne de lui pour son esprit combatif. 

Alonso le come back:

 Après deux ans d’absence de la Formule 1, le guerrier espagnol qui voulait être connu comme l’homme qui n’abandonne jamais est revenu en 2021, en pilotant pour Alpine F1 Team, l’équipe française rebaptisée Renault, où il a remporté ses deux titres de pilote en 2005 et 2006. Pendant son hiatus, Alonso a remporté le championnat du monde d’endurance FIA 2018-2019 et les 24 heures du Mans à deux reprises, le tout avec l’équipe de voitures de sport Toyota. Bien que son record en F1 reste intact, il sera difficile pour le vétéran de 39 ans de gagner à nouveau. Sa dernière victoire en F1 remonte à sa course nationale en Espagne en 2013 (avec Ferrari) et il a quitté le sport avec une réputation de joueur d’équipe quelque peu diminuée. Peut-être que ses succès avec Toyota – où il a partagé les lauriers avec d’autres pilotes – lui ont permis de mieux comprendre ce que la contribution d’un pilote implique au-delà d’être un individu férocement compétitif dans le cockpit. Un champion qui réussit doit savoir quand il est temps de partir – et rester à l’écart. Cet adage fait référence à plusieurs champions dont les retours mal avisés ont terni la réputation. Parmi les exceptions notables, citons Niki Lauda et Alain Prost, qui sont revenus de leur congé sabbatique pour remporter un autre titre de champion. L’avenir nous dira comment Fernando Alonso se comportera à cet égard.